La Réforme en France


La protestation de Spire et la confession de foi d'Augsbourg, qui marquèrent l'apogée de la Réforme en Allemagne, furent suivies d'années de luttes et de ténèbres. Affaibli par des divisions intestines et assailli par de puissants ennemis, le protestantisme semblait condamné à disparaître. Des milliers de ses enfants scellaient leur témoignage de leur sang. La guerre civile éclata; la cause protestante fut trahie par l'un de ses principaux adhérents; les plus nobles d'entre les princes réformés tombèrent au pouvoir de Charles Quint et furent traînés de ville en ville. Mais au moment de ce triomphe apparent, l'empereur dut se déclarer vaincu. La proie qu'il croyait tenir lui échappa et il se vit obligé de tolérer une doctrine dont la suppression avait été l'ambition de sa vie. Pour extirper l'hérésie, il avait joué son royaume, ses trésors, sa vie même. Il voyait maintenant ses armées en déroute, ses ressources épuisées et plusieurs de ses royaumes à la veille de la révolte, tandis que la foi qu'il s'était efforcé de supprimer se répandait. Charles Quint avait combattu le Tout-Puissant. Dieu avait [224] dit: "Que la lumière soit!" et le monarque avait voulu conserver les ténèbres. Incapable de réaliser ses desseins, vieilli prématurément, usé par une lutte déjà longue, il abdiqua le trône et alla s'ensevelir dans un cloître.

En Suisse, comme en Allemagne, la Réforme connut de sombres jours. Plusieurs cantons avaient accepté la foi réformée, mais d'autres se cramponnaient avec une aveugle ténacité au credo de Rome. La persécution contre les partisans de la foi nouvelle aboutit à la guerre civile. Zwingle et plusieurs de ses collaborateurs tombèrent sur le champ de bataille de Cappel. OEcolampade, terrassé par ces désastres, mourut peu après. Rome exultait et semblait sur le point de recouvrer tout ce qu'elle avait perdu. Mais celui dont les desseins sont éternels n'avait délaissé ni sa cause ni son peuple. De sa main devait sortir la délivrance. En d'autres pays, il suscitait des ouvriers pour faire triompher son œuvre.

L'aurore de la Réforme commença à poindre en France avant même que le nom de Luther fût connu. L'un des premiers à recevoir la lumière fut un vieillard, Lefèvre d'Etaples, papiste zélé, savant professeur de l'université de Paris, que ses travaux sur la littérature ancienne avaient amené à sonder les saintes Ecritures dont il introduisit l'étude parmi ses élèves.

Invocateur enthousiaste des saints, Lefèvre avait entrepris d'écrire une histoire des martyrs basée sur les légendes de l'Eglise. Ce travail, qui exigeait bien des recherches, était déjà considérablement avancé, quand, pensant que les Ecritures pourraient l'aider dans sa tâche, il en entreprit l'étude. Il trouva, en effet, des saints dans la Bible, mais bien différents de ceux du calendrier romain. Ebloui par le faisceau de lumière qu'il vit jaillir devant lui, il se détourna dès lors avec dégoût de la tâche qu'il s'était imposée. Se consacrant tout entier à la Parole de Dieu, il ne tarda pas à enseigner les précieuses vérités qu'il y découvrait. [225]

En 1512, avant que Luther ou Zwingle eussent commencé leurs travaux de réforme, Lefèvre écrivait: "C'est Dieu seul qui, par sa grâce et par la foi, justifie pour la vie éternelle." "Echange ineffable! l'innocence est condamnée, et le coupable est absous; la bénédiction est maudite, et celui qui était maudit est béni; la vie meurt, et la mort reçoit la vie; la gloire est couverte de confusion, et celui qui était confus est couvert de gloire."

Tout en déclarant que la gloire du salut appartient à Dieu seul, il disait que le devoir de l'obéissance est la part de l'homme. "Si tu es de l'Eglise du Christ, tu es du corps du Christ, et si tu es du corps du Christ, tu es rempli de la divinité, car la plénitude de la divinité habite en lui corporellement. Oh! si les hommes pouvaient comprendre ce privilège, comme ils se maintiendraient purs, chastes et saints, et comme ils estimeraient toute la gloire du monde une ignominie, en comparaison de cette gloire intérieure, qui est cachée aux yeux de la chair!"

Parmi les élèves de Lefèvre, certains recueillirent ses paroles comme des trésors et, longtemps après la mort du maître, les firent entendre au monde. L'un d'eux était Guillaume Farel. Elevé par des parents pieux, il avait appris à se soumettre aveuglément aux enseignements de l'Eglise. Comme l'apôtre Paul, il eût pu dire: "J'ai vécu pharisien, selon la secte la plus rigide de notre religion." Romaniste fervent, il désirait ardemment détruire tout ce qui s'opposait à l'Eglise. "Entendait-il parler contre le pape tant vénéré, il grinçait des dents comme un loup furieux", et il eût voulu que la foudre frappât le coupable en sorte qu'il en fût "du tout abattu et ruiné". Inlassable dans le culte qu'il rendait aux saints, il faisait avec Lefèvre le tour des églises de Paris pour y adorer devant les autels, et déposer des offrandes devant les reliques. Mais ces dévotions ne lui apportaient pas la paix de l'âme. Tous ses actes de piété et [226] toutes ses pénitences ne parvenaient pas à le libérer de la conviction de son péché. La voix du réformateur qui annonçait le "salut par grâce" fut pour lui comme une voix céleste. "L'innocent est condamné, et le criminel est acquitté." "Seule la croix du Christ ouvre les portes du ciel et ferme les portes de l'enfer."

Farel accepta joyeusement la vérité. Par une conversion comparable à celle de l'apôtre Paul, il passa de l'esclavage de la tradition à la liberté des enfants de Dieu. Au lieu de ressembler à un "loup enragé", il devint "paisible, doux et aimable comme un agneau, le cœur entièrement retiré du pape et adonné à Jésus-Christ".

Tandis que Lefèvre continuait à communiquer la lumière à ses élèves, Farel, aussi zélé pour la cause du Christ qu'il l'avait été pour celle du pape, allait prêcher la vérité en public. Un dignitaire de l'Eglise, Briçonnet, évêque de Meaux, se joignit bientôt à eux. D'autres docteurs, aussi éminents par leur science que par leur piété, se mirent eux aussi à proclamer l'Evangile. La foi nouvelle fit des adhérents dans toutes les classes de la société, depuis les artisans et les paysans, jusqu'aux nobles et aux princes. La sœur de François Ier, Marguerite de Navarre, ayant embrassé la foi réformée, le roi lui-même et la reine-mère semblèrent pendant un temps la considérer avec faveur. Les réformateurs, éblouis, voyaient déjà approcher le jour où la France serait gagnée à la cause de la Réforme.

Ils allaient être déçus dans leur attente. Des épreuves et des persécutions, miséricordieusement voilées à leurs yeux, attendaient ces disciples du Christ. Dans l'intervalle, un temps de paix leur permit de prendre des forces en vue de l'orage à venir, et la cause de la Réforme fit de rapides progrès. Dans son diocèse, l'évêque de Meaux travaillait avec zèle à instruire le clergé et les laïques. Les prêtres ignorants et dépravés furent renvoyés et, dans la mesure du possible, remplacés par des hommes instruits et pieux. [227] L'évêque, qui désirait ardemment mettre la Parole de Dieu entre les mains de ses ouailles, ne tarda pas à voir son désir se réaliser. Lefèvre avait entrepris la traduction du Nouveau Testament, et, à l'époque même où Luther faisait paraître les Ecritures en allemand à Wittenberg, le Nouveau Testament était publié en français à Meaux. Briçonnet n'épargna ni peines ni argent pour le répandre dans toutes les paroisses de son diocèse, et bientôt les paysans furent en possession des saintes Ecritures.

Ces âmes recevaient le message du ciel comme des voyageurs altérés saluent une source d'eau vive. Les cultivateurs aux champs, les artisans dans leur atelier s'encourageaient dans leur travail quotidien en s'entretenant des vérités précieuses de la Parole de Dieu. Le soir, au lieu de se rencontrer dans les cabarets, ils se réunissaient les uns chez les autres pour lire l'Ecriture sainte, prier et louer Dieu. Un grand changement ne tarda pas à se produire dans ces localités. Les rudes paysans eux-mêmes, qui avaient vécu dans l'ignorance, éprouvaient la puissance transformatrice de la grâce divine. Ils devenaient humbles, probes, pieux et témoignaient par là de l'action bienfaisante de l'Evangile sur les âmes sincères.

La lumière qui brillait à Meaux projetait ses rayons au loin, et le nombre des convertis allait chaque jour en augmentant. La fureur de la hiérarchie fut un moment tenue en échec par le roi, qui détestait le fanatisme des moines. Mais les partisans du pape finirent par l'emporter, et les bûchers s'allumèrent.

L'évêque de Meaux, mis en demeure de choisir entre le feu et la rétractation, prit le chemin le plus facile. Le troupeau, en revanche, demeura ferme en dépit de la chute de son chef. Plusieurs rendirent témoignage à la vérité au milieu des flammes. Par leur foi et leur constance jusque sur le bûcher, ces martyrs annoncèrent l'Evangile à des milliers d'âmes qui n'avaient pas eu l'occasion de l'entendre en temps de paix. [228]

Les humbles et les pauvres ne furent pas seuls à confesser leur Sauveur au milieu du mépris et de l'opposition. Dans les salles somptueuses des châteaux et des palais, de nobles âmes plaçaient la vérité plus haut que le rang, la fortune et la vie même. Ceux qui étaient revêtus des armures royales se révélaient souvent plus droits et plus fermes que ceux qui portaient des soutanes et des mitres épiscopales. Louis de Berquin, d'une famille noble de l'Artois, était de ceux-là. Chevalier de la cour, cœur intrépide, gentilhomme doublé d'un savant, il était bon, affable et de mœurs irréprochables. "Il était, dit Crespin, grand sectateur des constitutions papistiques, grand auditeur des messes et des sermons, observateur des jeûnes et jours de fête. ... La doctrine de Luther, alors bien nouvelle en France, lui était en extrême abomination." Mais, providentiellement amené, comme tant d'autres, à l'étude des Ecritures, il fut stupéfait d'y trouver non les doctrines de Rome, mais celles de Luther. Dès ce moment, il fut entièrement acquis à la cause de l'Evangile.

Tenu pour "le plus instruit des membres de la noblesse française", favori du roi, il apparaissait à plusieurs, par son esprit, son éloquence, son indomptable courage, son zèle héroïque et son influence à la cour, comme le futur réformateur de son pays. "Aussi Théodore de Bèze dit-il que la France eût peut-être trouvé en Berquin un autre Luther, si lui-même eût trouvé en François Ier un autre Electeur." "Il est pire que Luther", criaient les papistes. Et, en effet, il était plus redouté que lui par les romanistes de France. François Ier, inclinant alternativement vers Rome et vers la Réforme, tantôt tolérait, tantôt modérait le zèle violent des moines. Trois fois, Berquin fut emprisonné par les autorités papales et trois fois relâché par le roi qui, admirant sa noblesse de caractère et son génie, refusait de le sacrifier à la malignité de la hiérarchie. La lutte dura des années.

Maintes fois, Berquin fut averti des dangers qu'il courait en France et pressé de suivre l'exemple de ceux [229] qui étaient allés chercher la sécurité dans un exil volontaire. Le timide et opportuniste Erasme, qui, en dépit de toute sa science, ne réussit jamais à s'élever jusqu'à la grandeur morale qui tient moins à la vie et aux honneurs qu'à la vérité, lui écrivait: "Demandez une légation en pays étranger, voyagez en Allemagne. Vous connaissez Bède et ses pareils: c'est une hydre à mille têtes qui lance de tous côtés son venin. Vos adversaires s'appellent légion. Votre cause fût-elle meilleure que celle de Jésus-Christ, ils ne vous lâcheront pas qu'ils ne vous aient fait périr cruellement. Ne vous fiez pas trop à la protection du roi. Dans tous les cas, ne me compromettez pas avec la faculté de théologie."

Mais le zèle de Louis de Berquin augmentait avec le danger. Loin d'adopter la politique prudente que lui conseillait Erasme, il eut recours à des mesures plus hardies encore. Non seulement il prêchait la vérité, mais il attaquait l'erreur. L'accusation d'hérésie que les romanistes lançaient contre lui, il la retournait contre eux. Ses adversaires les plus actifs et les plus violents étaient les savants et les moines de la Sorbonne, faculté de théologie de l'université de Paris, l'une des plus hautes autorités ecclésiastiques, non seulement de la ville, mais de la nation. Berquin tira des écrits de ces docteurs douze propositions qu'il déclara publiquement "contraires aux Ecritures et par conséquent hérétiques"; et il demanda au roi de se faire juge de la controverse.

Le monarque, heureux de mettre à l'épreuve la puissance et la finesse des champions adverses, aussi bien que d'humilier l'orgueil et la morgue des moines, enjoignit aux romanistes de défendre leur cause par la Parole de Dieu. Ces derniers savaient que cette arme ne les servirait guère; l'emprisonnement, la torture et le bûcher leur étaient plus familiers. Maintenant, les rôles étaient renversés, et ils se voyaient sur le point de tomber dans la fosse qu'ils [230] avaient creusée à l'intention de Berquin. Ils se demandaient avec inquiétude comment ils sortiraient de cette impasse.

A ce moment, on trouva, à l'angle d'une rue, une image mutilée de la Vierge. L'émotion fut grande dans la ville. Des foules accoururent sur les lieux, jetant des cris de douleur et d'indignation. Le roi fut profondément affecté, et les moines ne manquèrent pas de tirer parti de cet incident. "Ce sont là les fruits des doctrines du chevalier, s'écrièrent-ils; tout est sur le point de s'écrouler par cette conspiration luthérienne: la religion, les lois, le trône lui-même."

Louis de Berquin fut de nouveau arrêté. François Ier ayant quitté Paris pour Blois, les moines purent agir à leur guise. Le réformateur fut jugé et condamné à mort. Dans la crainte que le roi n'intervînt une fois encore, la sentence fut exécutée le jour même où elle fut prononcée. A midi sonné, il fut conduit au lieu de l'exécution. Une foule immense se réunit pour assister à sa mort. Plusieurs constatèrent avec épouvante que la victime avait été choisie parmi les hommes les plus nobles et les plus illustres de France. L'effroi, l'indignation, le mépris et la haine se lisaient sur bien des visages; mais il y avait là un homme sur les traits duquel ne planait aucune ombre. Les pensées du martyr étaient bien éloignées de cette scène de tumulte; il était pénétré du sentiment de la présence de Dieu. Il ne prenait garde ni à la grossière charrette sur laquelle on l'avait hissé, ni aux visages rébarbatifs de ses tortionnaires, ni à la mort douloureuse vers laquelle il marchait. Celui qui était mort, et qui vit aux siècles des siècles, qui tient les clés de la mort et du séjour des morts était à ses côtés. Le visage du prisonnier rayonnait de la lumière et de la paix du ciel. Revêtu de son plus beau costume—une robe de velours, des vêtements de satin et damas et des chausses d'or—il allait rendre témoignage de sa foi en présence [231] du Roi des rois et de l'univers, et rien ne devait démentir sa joie.

Tandis que le cortège avançait lentement dans les rues encombrées, on était frappé du calme, de la paix, voire du joyeux triomphe que révélait toute l'attitude de ce noble. "Vous eussiez dit, raconte Erasme d'après un témoin oculaire, qu'il était dans un temple à méditer sur les choses saintes."

Arrivé au bûcher, le martyr tenta de parler à la foule, mais les moines, qui redoutaient son éloquence, couvrirent sa voix en poussant des cris, tandis que les soldats faisaient entendre le cliquetis de leurs armes. "Ainsi la Sorbonne de 1529, la plus haute autorité littéraire et ecclésiastique de France, avait donné à la commune de Paris de 1793 le lâche exemple d'étouffer sur l'échafaud les paroles sacrées des mourants."

Louis de Berquin fut étranglé et son corps livré aux flammes. La nouvelle de sa mort eut un contrecoup douloureux chez les amis de la Réforme dans toute la France. Mais son exemple ne fut pas perdu. "Nous voulons, se disaient l'un à l'autre les hommes et les femmes de la Réforme, nous voulons aller au-devant de la mort d'un bon cœur, n'ayant en vue que la vie qui vient après elle."

Privés du droit de prêcher à Meaux, les réformateurs se rendirent dans d'autres champs de travail. Lefèvre ne tarda pas à passer en Allemagne. Farel, rentré en Dauphiné, porta la Parole de vie à Gap et dans les environs, où il avait passé son enfance. On y avait déjà appris ce qui se passait à Meaux, et les vérités que le réformateur annonçait avec une grande hardiesse trouvèrent des auditeurs. Mais, bientôt, les autorités s'émurent et le bannirent de la ville. Ne pouvant plus travailler publiquement, il parcourait les plaines et les villages, enseignant dans les maisons particulières. "Et [232] s'il y courait quelque danger, ces forêts, ces grottes, ces rochers escarpés qu'il avait si souvent parcourus dans sa jeunesse ... lui offraient un asile." Dieu le préparait en vue de plus grandes épreuves. Les "croix, les persécutions, les machinations de Satan que l'on m'annonçait ne m'ont pas manqué, dit-il; elles sont même beaucoup plus fortes que de moi-même je n'eusse pu les supporter; mais Dieu est mon Père, il m'a fourni et me fournira toujours les forces dont j'ai besoin".

Comme aux jours apostoliques, la persécution avait "plutôt contribué aux progrès de l'Evangile". Chassés de Paris et de Meaux, "ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de la parole". C'est ainsi que la lumière fut portée dans les provinces les plus reculées de France.

Mais Dieu préparait d'autres ouvriers pour sa cause. Dans une des écoles de Paris, un jeune homme calme et réfléchi, doué d'un esprit pénétrant, se faisait remarquer par la pureté de ses mœurs, par son ardeur à l'étude et par sa piété. C'était Jean Calvin. Ses talents et son application ne tardèrent pas à faire de lui l'honneur du collège de la Marche, et ses supérieurs se flattaient de l'espoir qu'il deviendrait l'un des plus distingués défenseurs de l'Eglise. Mais un rayon de lumière illumina la profondeur des ténèbres répandues par la scolastique et la superstition dans l'esprit du jeune homme. Il avait entendu, non sans effroi, parler de la nouvelle doctrine et ne doutait pas que les hérétiques n'eussent largement mérité le bûcher sur lequel on les faisait monter. Sans le vouloir, il fut mis face à face avec l'hérésie et se vit contraint de confronter la théologie romaine avec l'enseignement protestant.

Calvin avait à Paris un cousin—connu sous le nom d'Olivétan—qui avait accepté la Réforme. Les deux jeunes [233] gens se rencontraient souvent pour discuter ensemble des questions qui divisaient la chrétienté. "Il y a beaucoup de religions fausses, disait Olivétan; une seule est vraie. Les fausses, ce sont celles que les hommes ont inventées et selon lesquelles nos propres œuvres nous sauvent; la vraie, c'est celle qui vient de Dieu, selon laquelle le salut est donné gratuitement d'en haut...—Je ne veux pas de vos doctrines, répondait Calvin; leur nouveauté m'offense; je ne puis vous écouter. Vous imaginez-vous que j'aie vécu toute ma vie dans l'erreur?..."

Cependant, dans l'esprit du jeune étudiant, une semence avait été jetée dont il ne pouvait se débarrasser. Seul dans sa chambre, il réfléchissait aux paroles de son cousin. Bientôt convaincu de péché, il se vit sans intercesseur en présence d'un Dieu saint et juste. La médiation des saints, ses bonnes œuvres et les cérémonies de l'Eglise étant incapables d'expier ses péchés, il ne voyait devant lui que ténèbres et désespoir. En vain des docteurs de l'Eglise s'efforcèrent-ils de le rassurer. En vain eut-il recours à la confession et à la pénitence; rien ne parvenait à le réconcilier avec Dieu.

En proie à ces luttes stériles, Calvin, passant un jour sur une place publique, eut l'occasion d'assister au supplice d'un hérétique condamné au bûcher et fut frappé de l'expression de paix que respirait le visage du martyr. Au milieu de ses souffrances et, ce qui était pire, sous la redoutable excommunication de l'Eglise, le condamné manifestait une foi et une sérénité que le jeune homme mettait péniblement en contraste avec son désespoir, avec les ténèbres où il tâtonnait, lui, le strict observateur des ordonnances de l'Eglise. Sachant que les hérétiques fondaient leur foi sur les saintes Ecritures, il prit la résolution de les étudier pour y découvrir, si possible, le secret de leur joie. [234]

Il y trouva Jésus-Christ. "O Père! s'écria-t-il, son sacrifice a apaisé ta colère; son sang a nettoyé mes souillures; sa croix a porté ma malédiction; sa mort a satisfait pour moi. ... Nous nous étions forgé plusieurs inutiles sottises...; mais tu as mis devant moi ta Parole comme un flambeau, et tu as touché mon cœur afin que j'eusse en abomination tout autre mérite que celui de Jésus."

Calvin avait été destiné à la prêtrise. A l'âge de douze ans, nommé chapelain de la petite église de la Gésine, il avait été tonsuré selon les canons de l'Eglise par l'évêque de Noyon. Il n'avait pas reçu les ordres, ni rempli de fonctions sacerdotales, mais il était entré dans le clergé et portait le titre de sa charge, dont il recevait les bénéfices.

Voyant qu'il ne pouvait plus devenir prêtre, il se tourna vers l'étude du droit, dessein qu'il abandonna bientôt pour se consacrer entièrement à l'Evangile. Il hésitait toutefois à devenir prédicateur. Naturellement timide, il avait une haute idée des responsabilités de cette vocation et songeait à poursuivre ses études. L'insistance de ses amis finit cependant par vaincre ses scrupules. "C'est une chose merveilleuse, disait-il, qu'un être de si basse extraction puisse être élevé à une telle dignité."

Prudemment, il s'était mis à l'œuvre et ses paroles étaient semblables à la rosée qui rafraîchit la terre. Obligé de quitter Paris, il avait cherché un refuge à Angoulême chez la princesse Marguerite de Navarre, amie et protectrice de l'Evangile. Là, Calvin se remit au travail, allant de maison en maison, ouvrant l'Ecriture sainte devant les familles assemblées et leur présentant les vérités du salut. Ceux qui entendaient ce jeune homme aimable et modeste en parlaient à d'autres, et bientôt l'évangéliste, quittant la ville, se rendit dans les villages et les hameaux. Accueilli dans les châteaux comme dans les chaumières, il jeta ainsi les [235] fondements de plusieurs églises qui devaient rendre un courageux témoignage à la vérité.

Quelques mois plus tard, il se retrouvait à Paris, où une agitation insolite régnait dans les milieux intellectuels. L'étude des langues anciennes avait attiré l'attention sur les saintes Lettres, et maints savants dont le cœur n'était pas touché par la grâce discutaient vivement la vérité et, parfois même, combattaient les champions du romanisme. Bien que passé maître dans les controverses théologiques, Calvin avait une mission plus élevée que celle de ces bruyants dialecticiens. Mais les esprits étaient agités et le moment était propice pour leur présenter la vérité. Pendant que les salles des universités retentissaient de la clameur des disputes théologiques, Calvin allait de maison en maison expliquant les Ecritures et ne parlant que de Jésus et de Jésus crucifié.

Par la grâce de Dieu, Paris devait recevoir une nouvelle invitation au festin évangélique. L'appel de Lefèvre et de Farel ayant été rejeté, le message devait encore être présenté dans la capitale à toutes les classes de la société. Sous l'influence de préoccupations politiques, le roi n'avait pas encore pris tout à fait position avec Rome contre la Réforme. Sa sœur Marguerite, nourrissant toujours l'espoir de voir le protestantisme triompher en France, voulut que la foi réformée fût annoncée à Paris. En l'absence du roi, elle ordonna à un ministre protestant, Gérard Roussel, de prêcher dans les églises de la capitale. Le haut clergé s'y étant opposé, la princesse ouvrit les portes du Louvre, y fit transformer un appartement en chapelle et annonça qu'il y aurait prédication chaque jour à une heure déterminée. Des foules accoururent. La chapelle était bondée de gens de tous rangs et l'auditoire refluait dans les antichambres et les vestibules. Nobles, diplomates, avocats, marchands et artisans s'y réunissaient chaque jour par milliers. Loin d'interdire ces assemblées, le roi ordonna que deux des églises de Paris leur fussent ouvertes. Jamais encore la ville n'avait [236] été aussi remuée par la Parole de Dieu. L'Esprit de vie venu d'en haut semblait passer sur le peuple. La tempérance, la chasteté, l'ordre et l'industrie succédaient à l'ivrognerie, au libertinage, aux querelles et à l'indolence.

Mais la hiérarchie ne restait pas inactive. Le roi refusant encore d'interdire les prédications, elle se tourna vers la populace. Rien ne fut négligé pour exciter les craintes, les préjugés et le fanatisme des foules ignorantes et superstitieuses. Aveuglément soumis à ses faux docteurs, Paris, comme autrefois Jérusalem, "ne connut pas le temps où [il] était visité, ni les choses qui appartenaient à sa paix". Deux années durant, la Parole de Dieu fut prêchée dans la capitale. Beaucoup de personnes acceptèrent l'Evangile, mais la majorité le rejeta. François Ier ne s'était montré tolérant que dans des vues politiques et le clergé réussit à reprendre son ascendant. De nouveau, les églises se fermèrent et les bûchers s'allumèrent.

Calvin était encore à Paris, où, tout en continuant à répandre la lumière autour de lui, il se préparait en vue de son activité future par l'étude, la méditation et la prière. Mais il ne tarda pas à être signalé aux autorités, qui décidèrent de le condamner au supplice du bûcher. Il se croyait en sécurité dans sa retraite quand ses amis accoururent dans sa chambre pour lui annoncer que les agents de la force publique étaient sur le point de s'assurer de sa personne. Au même instant, on frappa violemment à la porte extérieure. Il n'y avait pas un instant à perdre. Quelques amis entretinrent les agents à la porte, tandis que les autres le firent descendre par une fenêtre. Se dirigeant en toute hâte vers les faubourgs extérieurs, il entra chez un ouvrier ami de la Réforme, emprunta les vêtements de son hôte, et, une houe sur l'épaule, continua son voyage. Cheminant vers le sud, il retrouva de nouveau un asile dans les Etats de Marguerite de Navarre.

Grâce à la protection de puissants amis, Calvin passa quelques mois en sécurité à Angoulême, où il se livra, [237] comme précédemment, à l'étude. Mais, poursuivi par le besoin d'évangéliser son pays, il ne put rester longtemps inactif, et, dès que l'orage se fut un peu calmé, il alla chercher un nouveau champ d'activité. A Poitiers, siège d'une université où les nouvelles opinions étaient favorablement accueillies, des gens de toutes les classes écoutèrent joyeusement les paroles de la vie éternelle qu'il présentait en privé, soit chez le premier magistrat de la ville, soit à son domicile particulier, soit encore dans un jardin public. Comme le nombre de ses auditeurs allait en augmentant, on jugea prudent de s'assembler en dehors de la ville. Une caverne située au bord d'une gorge étroite et profonde, et masquée par des rochers et des arbres, fut choisie comme lieu de réunion, et les gens de la ville s'y rendaient par petits groupes en prenant des chemins différents. C'est dans cette retraite que la Parole de Dieu était lue et méditée; c'est là que la sainte Cène fut célébrée pour la première fois par les protestants de France. De cette petite église sortirent plusieurs évangélistes fidèles.

Ne pouvant abandonner l'espoir de voir la France accepter la Réforme, Calvin rentra encore une fois à Paris. Mais il trouva presque toutes les portes fermées: enseigner l'Evangile, c'était marcher au bûcher. Cet état de choses le décida à se rendre en Allemagne. A peine avait-il passé la frontière, qu'un orage éclatait sur les protestants de France. S'il était resté dans son pays, le jeune évangéliste aurait certainement péri dans une tuerie générale. Voici ce qui s'était passé:

Désireux de voir leur pays marcher de pair avec l'Allemagne et la Suisse, les réformateurs français s'étaient décidés à frapper contre les superstitions de Rome un coup hardi qui secouât la nation tout entière. En conséquence, ils firent afficher dans toute la France des placards attaquant la messe. Au lieu d'avancer la cause de la Réforme, cet acte d'un zèle inconsidéré déchaîna la persécution non seulement sur ses auteurs, mais aussi sur les amis de [238] l'Evangile dans tout le pays. Il donna à la hiérarchie ce qu'elle attendait depuis longtemps: un prétexte pour demander l'extirpation des hérétiques, considérés comme dangereux pour la stabilité du trône et la paix de la nation.

Une main secrète—celle d'un ami imprudent ou d'un ennemi perfide, ce mystère n'a jamais été éclairci—plaça l'une de ces affiches sur la porte de la chambre particulière du roi. Ce placard attaquait avec virulence une superstition entourée de respect depuis des siècles. Devant la hardiesse incroyable qui osait porter cette accusation effrayante sous ses yeux, François Ier entra dans une violente colère. Dans sa consternation, il resta quelques instants tout interdit. Revenu à lui, il laissa éclater sa fureur. Il s'écria: "Qu'on saisisse indistinctement tous ceux qui sont suspects de luthérésie..., je veux tout exterminer." Les dés en étaient jetés: le roi s'était rangé du côté de Rome.

Des mesures furent aussitôt prises pour arrêter tous les luthériens de Paris. Un pauvre artisan adhérent de la foi nouvelle, qui s'était employé à convoquer les croyants aux assemblées secrètes, fut sommé, sous peine d'être brûlé, de conduire l'émissaire du pape au domicile de tous les protestants de Paris. Tout d'abord, il recula d'horreur devant une telle besogne: mais la crainte du bûcher finit par l'emporter et il consentit à trahir ses frères. Accompagné du traître précédé de l'hostie et entouré d'un cortège de prêtres, de porteurs d'encensoirs, de moines et de soldats, Morin, le policier royal, parcourut lentement les rues de Paris. La démonstration était ostensiblement en l'honneur du "saint sacrement"; en réalité, c'était une réplique hypocrite, meurtrière et impitoyable à l'attaque malavisée dirigée contre la messe par les réformateurs. Arrivé en face de la maison d'un luthérien, le traître, sans proférer une parole, faisait un signe. La procession s'arrêtait; on entrait dans la maison; les occupants étaient aussitôt enchaînés, et la [239] procession continuait sa marche à la recherche de quelque nouvelle victime. "Il n'épargnait maisons, grandes ou petites, dit le chroniqueur, comme aussi tous les collèges de l'université de Paris. ... Morin faisait trembler toute la ville. ... C'était le règne de la terreur."

Les victimes furent mises à mort au milieu de véritables tortures: on avait, en effet, spécialement ordonné d'adoucir le feu, afin de prolonger leur agonie. Mais elles moururent en vainqueurs; leur constance ne se démentit pas et rien ne vint troubler leur paix. Les persécuteurs, incapables d'ébranler l'inflexible fermeté des martyrs, se sentirent vaincus. "Des bûchers furent dressés dans tous les quartiers de Paris, et les victimes y étaient brûlées pendant plusieurs jours successifs, afin de répandre davantage la terreur de l'hérésie. En définitive, l'Evangile triompha. Tout Paris eut l'occasion de voir quel genre d'hommes les nouvelles opinions pouvaient engendrer. Aucune chaire n'eût été comparable au bûcher des victimes. La joie sereine que respirait le visage de ces hommes qui se rendaient au lieu de l'exécution, leur héroïsme au milieu des flammes, la charité avec laquelle ils pardonnaient à leurs persécuteurs transformaient dans nombre de cas la colère en pitié, la haine en amour, et plaidaient avec une irrésistible éloquence en faveur de l'Evangile."

Désireux d'entretenir la fureur populaire, les prêtres répandaient contre les protestants les plus noires calomnies. On les accusait de conspirer le massacre des catholiques, le renversement de l'Etat et l'assassinat du roi. On ne pouvait pas avancer l'ombre d'une preuve à l'appui de ces allégations. Ces sombres prophéties devaient toutefois s'accomplir dans des circonstances bien différentes et pour des causes d'une tout autre nature. Le sort qu'on disait alors imminent, et qu'on accusait les réformés de préparer au pays, tomba, en effet, sur la France quelques siècles plus [240] tard. Mais l'avalanche effroyable qui s'abattit alors sur le roi, sur son gouvernement et sur ses sujets, eut pour cause directe les cruautés exercées par les catholiques contre d'innocents protestants. Seulement, les fauteurs de cette catastrophe furent les incrédules et les partisans du pape. Ce ne fut pas l'établissement du protestantisme, mais son écrasement qui, trois siècles plus tard, précipita ce cataclysme sur la France.

La suspicion et la terreur se répandirent dans toutes les classes de la société. Au milieu de l'alarme générale, on vit à quel point les enseignements luthériens avaient pénétré les hommes qui occupaient le premier rang dans l'estime publique par leur science, leur influence et l'excellence de leur caractère. Soudain, des postes d'honneur et de confiance se trouvèrent vacants. Des artisans, des imprimeurs, des auteurs, des professeurs d'université et même des courtisans disparurent. Des centaines d'hommes s'enfuirent de Paris et s'exilèrent volontairement. Beaucoup d'entre eux donnèrent alors la première preuve de leur sympathie pour la foi réformée. Les papistes, voyant avec stupéfaction le grand nombre d'hérétiques insoupçonnés qui avaient été tolérés au milieu d'eux, tournèrent leur fureur contre la multitude de victimes plus humbles qui tombaient en leur pouvoir. Les prisons regorgeaient, et l'atmosphère elle-même semblait obscurcie par la fumée des bûchers allumés pour brûler les confesseurs de l'Evangile.

François Ier s'était glorifié d'être un des créateurs de la Renaissance des lettres qui marqua le commencement du XVIe siècle. Il s'était plu à attirer à sa cour des hommes érudits de tous pays. C'est à son amour des lettres et à son mépris pour l'ignorance et la superstition des moines qu'était dû, au moins en partie, le degré de tolérance qu'il avait accordé à la Réforme. Mais dans l'ardeur de son zèle contre l'hérésie, "le père des lettres fit une ordonnance portant, sous peine de la hart, l'abolition de l'imprimerie dans toute la France! Cet édit ne fut pas exécuté; il est, [241] toutefois, un indice de l'esprit qui animait les ennemis de la Réforme." François Ier est l'un des nombreux exemples de l'histoire montrant que l'intolérance religieuse et la persécution peuvent fort bien être le fait de personnes éprises de culture intellectuelle.

Par une cérémonie solennelle et publique, la France devait prendre définitivement parti contre le protestantisme. Les prêtres demandèrent que l'affront fait au ciel par les attaques contre la messe fût lavé dans le sang et que le roi, au nom du peuple, sanctionnât cette barbare entreprise. Un chroniqueur du temps, Simon Fontaine, docteur de Sorbonne, nous en a laissé le récit détaillé.

Le 21 janvier 1535, une foule innombrable était rassemblée de toute la contrée environnante. "Il n'y avait tant soit petit bout de bois ou de pierre saillant des murailles qui ne fût chargé, pourvu qu'il y eût place pour une personne. Les toits des maisons étaient couverts d'hommes petits et grands, et on eût jugé les rues pavées de têtes humaines. Jamais tant de reliques n'avaient été promenées par les rues de Paris."

"Les reliques passées, venaient un grand nombre de cardinaux, archevêques, évêques, abbés chapés et mitrés. Puis, sous un dais magnifique, dont les quatre bâtons étaient tenus par les trois fils du roi et le duc de Vendôme, premier prince du sang, se trouvait l'hostie portée par l'évêque de Paris. ... Alors paraissait enfin François Ier, sans faste, à pied, tête nue, une torche ardente à la main, comme un pénitent chargé d'expier les sacrilèges de son peuple. A chaque reposoir, il remettait sa torche au cardinal de Lorraine, joignait les mains et se prosternait, s'humiliant, non pour ses adultères, ses mensonges ou ses faux serments, il n'y pensait pas, mais pour l'audace de ceux qui ne voulaient pas la messe. Il était suivi de la reine, des princes [242] et princesses, des ambassadeurs étrangers, de toute la cour, du chancelier de France, du Conseil, du Parlement en robes écarlates, de l'Université, des autres compagnies de sa garde. Tous marchaient deux à deux, "donnant toutes les marques d'une piété extraordinaire", chacun, dans un profond silence, tenant son flambeau allumé. Des chants spirituels et des airs funèbres interrompaient seuls, de temps en temps, le calme de cette morne et lente procession."

Au programme figurait un discours du roi devant les dignitaires de l'Etat, dans la grande salle de l'archevêché. L'air désolé, le monarque prit la parole: "O crime! dit-il, ô blasphème! ô jour de douleur et d'opprobre! pourquoi a-t-il fallu que vous ayez lui sur nous? ..." Il invita tous ses fidèles sujets à le seconder dans ses efforts en vue d'extirper l'hérésie pestilentielle qui menaçait la France. "Aussi vrai, Messieurs, continua-t-il, que je suis votre roi, si je savais l'un de mes propres membres maculé, infecté de cette détestable pourriture, je vous le donnerais à couper. ... Bien plus, si j'apercevais un de mes enfants entaché, je ne l'épargnerais pas. ... Je le voudrais bailler moi-même et je le sacrifierais à Dieu." Il s'arrêta suffoqué par les larmes, et toute l'assemblée s'écria au milieu des sanglots: "Nous voulons vivre et mourir pour la religion catholique."

Une nuit sombre était descendue sur une nation qui avait rejeté la vérité. "La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes", avait été manifestée; mais après en avoir contemplé la puissance et la sainteté, après que des milliers de ses enfants eurent été attirés par sa divine beauté, après que ses villes et ses hameaux eurent été illuminés de son éclat, la France s'en était détournée et avait préféré les ténèbres à la lumière. Repoussant le don divin qui lui était offert, elle avait appelé le mal bien et le bien mal, et elle était devenue la victime de son égarement [243] volontaire. Elle avait beau croire maintenant rendre service à Dieu en persécutant son peuple, sa sincérité n'atténuait point sa culpabilité. Elle avait volontairement rejeté la lumière qui l'eût empêchée de se laisser leurrer et de se baigner dans le sang innocent.

"Après avoir déployé son éloquence, le roi allait déployer sa cruauté. A Notre-Dame, où, moins de trois siècles plus tard, une nation oublieuse du Dieu vivant allait introniser la déesse "Raison", on jura solennellement l'extirpation de l'hérésie. "François Ier, toujours extrême, dit un historien très catholique, ne dédaigna pas de souiller ses yeux d'un spectacle plein de barbarie et d'horreur." Sur la route de Sainte-Geneviève au Louvre, deux bûchers avaient été dressés, l'un à la Croix du Tirouer, rue Saint-Honoré, et l'autre aux Halles. Quelques-uns des hommes les plus excellents que renfermât la France allaient être brûlés, après d'affreux tourments. Le roi, sa famille, les nobles et tout le cortège, s'étant mis en marche, firent d'abord halte à la Croix du Tirouer. Le cruel lieutenant Morin fit avancer alors trois chrétiens évangéliques destinés à être brûlés "pour apaiser l'ire de Dieu". C'étaient l'excellent Valeton, le receveur de Nantes, maître Nicole, clerc de greffier du Châtelet, et un autre. ... Les prêtres, sachant que Valeton était homme de crédit et ... désirant le gagner, s'approchèrent de lui et lui dirent: "Nous avons avec nous l'Eglise universelle; hors d'elle point de salut; rentrez-y; votre foi vous perd." Ce fidèle chrétien répondit: "Je ne crois que ce que les prophètes et les apôtres ont jadis prêché, et ce qu'a cru toute la compagnie des saints. Ma foi a en Dieu une confiance qui résistera à toutes les puissances de l'enfer." Les gens de bien qui se trouvaient épars dans la foule admiraient sa fermeté, et la pensée qu'il laissait derrière lui une femme désolée touchait tous les cœurs. ...

"François et ses courtisans n'en avaient pas encore assez. "Aux Halles, aux Halles!" s'écriait-on, et une masse de curieux couraient précipitamment de ce côté, [244] sachant que les bourreaux y avaient préparé un second divertissement de même nature. A peine le roi et son cortège y furent-ils arrivés, qu'on commença à faire l'effroyable estrapade. ...

"François Ier rentra satisfait au Louvre; les courtisans qui l'entouraient disaient que le triomphe de la sainte Eglise était à jamais affermi dans le beau royaume de France. ... Le 29 janvier, le roi "rendit un édit pour l'extirpation de la secte luthérienne, qui a pullulé et pullule dans le royaume; avec commandement de dénoncer ses sectateurs". En même temps, il adressa une circulaire à tous les parlements, leur prescrivant de donner "aide et prisons", pour que l'hérésie fût promptement extirpée."

L'Evangile de paix, rejeté par la France, allait en effet être banni du royaume, mais à quel prix! Le 21 janvier 1793, deux cent cinquante-huit ans après ces lamentables scènes, une procession d'un autre genre parcourait les rues de Paris, pour une raison tout à fait différente. Le roi en était de nouveau le principal personnage; de nouveau on entendait les clameurs de la populace demander d'autres victimes; de nouveau se dressaient de noirs échafauds pour servir à d'affreuses exécutions. "Louis XVI, se débattant entre les mains de ses geôliers et de ses bourreaux, était traîné sur la planche et maintenu de vive force, en attendant que le couperet fît tomber sa tête." Le roi de France ne devait pas périr seul; près du même lieu, pendant les jours sanglants de la Terreur, deux mille huit cents hommes et femmes furent décapités.

La Réforme avait ouvert le Livre de Dieu devant le monde; elle avait rappelé les préceptes de la loi divine et proclamé ses droits sur les consciences. L'Amour infini avait fait connaître aux hommes les statuts et les principes du ciel. Dieu avait dit: "Vous les observerez et vous les mettrez en pratique; car ce sera là votre sagesse et votre [245] intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront: Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent!" En rejetant le don du ciel, la France répandait des semences d'anarchie et de ruine dont la moisson inévitable fut récoltée sous la Révolution et le règne de la Terreur.

Longtemps avant la persécution provoquée par les placards, l'intrépide et ardent Farel avait été obligé de quitter le pays de sa naissance. Il s'était retiré en Suisse où, secondant Zwingle dans ses travaux, il contribua à faire triompher la Réforme. C'est à ce pays qu'il devait consacrer les dernières années de sa vie. Il continua, toutefois, à exercer une influence décisive sur la Réforme en France. Pendant les premières années de son exil, il consacra beaucoup de temps à évangéliser ses compatriotes du Jura d'où, avec une inlassable vigilance, il surveillait le conflit qui sévissait dans son pays natal, prodiguant ses paroles d'exhortation et ses conseils. Grâce à ses encouragements et au concours d'autres exilés, les écrits des réformateurs allemands aussi bien que l'Ecriture sainte étaient traduits en français et imprimés à grands tirages. Ces ouvrages furent largement répandus en France par des colporteurs—auxquels ils étaient cédés à bas prix—ce qui leur donnait la possibilité de vivre du produit de leurs ventes et de poursuivre leur œuvre.

Farel avait commencé sa mission en Suisse en exerçant l'humble fonction de maître d'école, se vouant à l'éducation des enfants dans une paroisse isolée. Afin d'atteindre les parents, il ajoutait prudemment aux branches ordinaires l'enseignement des saintes Ecritures Quelques-uns ayant reçu la Parole, les prêtres intervinrent et soulevèrent contre le réformateur les campagnards superstitieux. "Ce ne peut être l'Evangile du Christ, disaient les prêtres, puisque sa prédication amène non la paix, mais la guerre." Comme [246] les disciples de Jésus, lorsqu'il était persécuté en un lieu, Farel fuyait dans un autre, allant de village en village et de ville en ville, voyageant à pied, exposé au froid, à la faim, à la fatigue. Partout en danger de mort, il prêchait sur les places de marché, dans les églises et, à l'occasion, dans la chaire des cathédrales. Il lui arrivait de se trouver sans auditeurs. Parfois, sa prédication était interrompue par des cris et des moqueries; d'autres fois, il était violemment expulsé du lieu de l'assemblée. A maintes reprises, poursuivi et frappé par la populace, il fut laissé pour mort. Mais il ne se décourageait pas. Repoussé, il revenait opiniâtrement à l'assaut et finissait par voir des villes, des bourgs et des villages, autrefois forteresses de la papauté, ouvrir leurs portes à l'Evangile. La petite paroisse d'Aigle, qui fut le théâtre de ses premiers travaux, ne tarda pas à se ranger sous la bannière de la Réforme. Les villes de Morat et de Neuchâtel, abandonnant aussi les rites du romanisme, enlevèrent les idoles de leurs églises.

Depuis longtemps, Farel aspirait à planter l'étendard protestant à Genève. Si cette ville pouvait être gagnée, pensait-il, elle deviendrait un centre pour la Réforme en Suisse, en France et en Italie. Dans cette perspective, il avait réussi à rallier à la cause de l'Evangile plusieurs bourgs et villages des environs. Accompagné d'un collaborateur nommé Antoine Saunier, il entra dans Genève. Mais il ne put y prêcher que deux fois. Les prêtres, ayant échoué dans leurs efforts pour le faire condamner par l'autorité civile, le sommèrent de comparaître devant un tribunal ecclésiastique, où ils se rendirent avec des armes cachées sous leurs soutanes, déterminés à lui ôter la vie. En dehors de la salle, une populace furieuse, armée de gourdins et d'épées, s'apprêtait à le tuer dans le cas où il réussirait à s'échapper du tribunal. Farel fut sauvé grâce à la présence des magistrats civils et d'une troupe armée. De bonne heure, le lendemain, il était, avec son compagnon, conduit en lieu sûr de l'autre côté du lac. Ainsi se termina sa première tentative d'évangélisation à Genève. [247]

La seconde fois, on choisit un instrument plus modeste; c'était un jeune homme de si chétive apparence qu'il fut froidement reçu, même par les amis de la Réforme. Que pouvait faire cet homme inexpérimenté là où Farel avait échoué? Comment pourrait-il résister à la tempête devant laquelle le vaillant réformateur avait dû battre en retraite? "Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Eternel des armées." En effet, "Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes". "Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes."

Froment—c'était le nom du jeune homme—se mit à l'œuvre comme maître d'école. Les vérités enseignées par lui en classe étaient répétées à la maison par les enfants. Bientôt, les parents vinrent aussi pour entendre exposer les saintes Ecritures, et la salle d'école ne tarda pas à être trop petite pour contenir les auditeurs attentifs qui s'y pressaient. De nombreux traités et Nouveaux Testaments furent distribués et lus par bien des gens qui n'eussent pas osé écouter un exposé public des nouvelles doctrines. Au bout de quelque temps, Froment fut aussi obligé de s'enfuir; mais les vérités qu'il avait enseignées avaient gagné les cœurs. Une fois implantée, la Réforme continua de se fortifier et de s'étendre. Les prédicateurs revinrent, et, grâce à leurs travaux, le culte protestant finit par s'établir à Genève.

La ville s'était déclarée pour la Réforme lorsque Calvin, après bien des voyages, entra dans ses murs. Revenant d'une visite dans son pays natal, il se rendait à Bâle pour y poursuivre ses études; mais, trouvant la route barrée par les troupes de Charles Quint, il fut obligé de faire un détour qui l'amena à passer par Genève.

Farel reconnut la main de Dieu dans cette visite. Genève avait accepté la Réforme, mais une grande œuvre [248] y restait à faire. Ce n'est point par collectivités, mais individuellement que l'on se convertit à Dieu. C'est par le Saint-Esprit et non par les décrets des Chambres législatives que l'œuvre de la régénération doit s'accomplir dans les cœurs et les consciences. Les Genevois avaient brisé le joug de Rome, mais ils se montraient moins empressés à rompre avec les vices qui avaient fleuri sous sa domination. Etablir dans cette ville les principes du pur Evangile et préparer sa population à remplir dignement le rôle auquel elle paraissait appelée, ce n'était pas une tâche aisée.

Farel fut convaincu d'avoir trouvé en Calvin l'homme qu'il devait s'adjoindre en vue d'une telle œuvre. Au nom de Dieu, il adjura solennellement le jeune évangéliste de rester dans cette ville pour en faire son champ de travail. Calvin, effrayé, hésitait. Timide et ami de la paix, il redoutait d'entrer en conflit avec l'esprit hardi, indépendant et frondeur des Genevois. Sa santé délicate et ses habitudes studieuses lui faisaient désirer la retraite. Pensant qu'il pourrait mieux servir la cause de la Réforme par la plume, il cherchait un lieu paisible où il pût se livrer à l'étude et, de là, instruire et édifier les églises au moyen de la, presse. Mais, dans la sommation de Farel, il crut entendre la voix de Dieu et n'osa plus résister. Il lui sembla, dit-il plus tard, "que la main de Dieu descendait du ciel, qu'elle le saisissait, et qu'elle le fixait irrévocablement à la place qu'il était si impatient de quitter".

De grands périls menaçaient alors la cause protestante. Le pape fulminait ses foudres contre Genève, et des nations puissantes méditaient sa ruine. Comment cette petite cité pourrait-elle échapper à la puissante hiérarchie qui avait subjugué tant de rois et d'empereurs? Comment pourrait-elle résister aux armées des grands conquérants de la terre? [249]

Dans toute la chrétienté, les protestants étaient entourés d'ennemis formidables. Les premiers triomphes de la Réforme passés, Rome rassemblait de nouvelles forces dans l'espoir de l'écraser. C'est alors que se fonda l'ordre des Jésuites, le défenseur de la papauté le moins scrupuleux, le plus puissant et le plus cruel. Affranchis de toute obligation et de tout intérêt humains, morts aux droits de l'affection naturelle, sourds à la voix de leur raison et de leur conscience, les Jésuites ne connaissaient d'autre liens et d'autres règles que ceux de leur ordre, ni d'autre devoir que celui d'en accroître la puissance. L'Evangile de Jésus-Christ donnait à ceux qui l'acceptaient la force d'affronter le danger, de supporter sans découragement la souffrance, le froid, la faim, la fatigue et la pauvreté. Il les rendait capables de prêcher la vérité sans craindre ni la roue, ni la prison, ni le bûcher. Pour les combattre, le jésuitisme inspira à ses disciples un fanatisme qui leur permettait d'affronter les mêmes dangers et d'opposer à la vérité toutes les armes de l'erreur. Pour arriver à leurs fins, il n'y avait pour eux ni crime trop hideux, ni duplicité trop basse, ni stratagème trop audacieux. Ayant fait vœu de pauvreté et d'humilité perpétuelles, ils ne recherchaient la fortune et le pouvoir que pour les faire servir à la suppression du protestantisme et au rétablissement de la suprématie papale.

En fonction de leur ordre, ils revêtaient une apparence de sainteté, visitaient les prisons et les hôpitaux, secouraient les malades et les pauvres, professaient avoir renoncé au monde et se réclamaient du nom de ce Jésus qui allait de lieu en lieu en faisant du bien. Mais cet extérieur irréprochable cachait souvent les desseins les plus noirs et les plus odieux. L'un des principes fondamentaux de cet ordre était que "la fin justifie les moyens". En vertu de ce principe, le mensonge, le vol, le parjure, le meurtre étaient non seulement pardonnables, mais méritoires quand ils servaient les intérêts de l'Eglise. Sous des [250] déguisements divers, les Jésuites s'insinuaient dans les bureaux de l'Etat, devenaient conseillers des rois et dirigeaient la politique des nations. Ils se faisaient serviteurs pour espionner leurs maîtres. Ils fondaient des collèges pour les fils des princes et des nobles et, pour le peuple, des écoles, où ils attiraient les enfants de parents protestants, qu'ils accoutumaient à observer les rites de l'Eglise. Toute la pompe des cérémonies romaines était mise à réquisition pour éblouir et captiver les imaginations, et il arrivait ainsi que des fils trahissaient la foi pour laquelle leurs pères avaient souffert. L'ordre des Jésuites se répandit rapidement dans toutes les parties de l'Europe, et partout on assistait à une recrudescence du papisme.

Pour ajouter à la puissance des Jésuites, une bulle papale rétablit l'Inquisition. Malgré l'horreur qu'il inspirait, même dans les pays catholiques, ce terrible tribunal fonctionna de nouveau sous la direction des émissaires de Rome, et des atrocités trop odieuses pour être décrites furent répétées dans ses cachots. Dans plusieurs pays, des milliers et des milliers d'hommes—la fleur de la nation, purs parmi les purs, gentilshommes et lettrés, pieux pasteurs et philanthropes, citoyens industrieux et loyaux patriotes, savants éminents, artistes distingués et habiles artisans—furent mis à mort ou contraints de s'enfuir à l'étranger.

Tels étaient les moyens auxquels Rome recourait pour éteindre la lumière de la Réforme, pour enlever aux hommes la Parole de Dieu, et pour rétablir le règne de l'ignorance et les superstitions du Moyen Age. Mais grâce aux successeurs de Luther suscités par Dieu, le protestantisme ne fut pas anéanti. Ce n'est point à la faveur ni aux armes des princes qu'il dut sa force. Les plus petits pays, les nations les plus humbles devinrent ses forteresses et ses défenseurs: la froide et stérile Suède; la modeste Genève, au milieu d'ennemis redoutables qui conspiraient sa ruine; [251] la Hollande sablonneuse gémissant sous la tyrannie de l'Espagne, alors le plus puissant et le plus opulent royaume de l'Europe.

Calvin passa près de trente ans à Genève, où il consacra ses forces d'abord à l'établissement d'une Eglise qui adhérât à la moralité exigée par la Parole de Dieu, puis à la défense de la Réforme dans toute l'Europe. Sa carrière publique ne fut pas irréprochable, ni ses enseignements exempts d'erreurs. Mais il fut l'instrument dont Dieu se servit pour maintenir les principes du protestantisme contre une rapide recrudescence du papisme et pour introduire dans les Eglises de la Réforme la pureté et la simplicité des mœurs, en lieu et place de l'orgueil et de la corruption engendrés par les enseignements de Rome.

De Genève partaient des prédicateurs qui allaient répandre la doctrine réformée et de là aussi étaient envoyés des ouvrages destinés à faire connaître l'Evangile. C'est là que, de tous les pays, les persécutés s'adressaient pour recevoir des instructions, des conseils et des encouragements. La cité de Calvin devint le refuge des réformés traqués dans toute l'Europe occidentale. Fuyant la tempête séculaire de la persécution, les fugitifs affluaient aux portes de Genève. Affamés, blessés, arrachés à leurs foyers et à leurs familles, ils y rencontraient un accueil chaleureux et les soins les plus tendres. En retour du foyer que leur offrait cette ville hospitalière, ces réfugiés lui apportaient leurs arts, leur science et leur piété. Plusieurs de ceux qui y avaient trouvé un asile en repartaient pour aller combattre la tyrannie de Rome dans leur patrie. Jean Knox, le brave réformateur de l'Ecosse, nombre de Puritains anglais, les protestants de Hollande et d'Espagne, comme les Huguenots de France, emportaient de Genève le flambeau de la vérité, destiné à dissiper les ténèbres qui pesaient sur leurs patries. .......[252] [253]

 

[chapitre précédent] [indice] [prochain chapitre]


 

[système universel d'adoration forcée] [La Tragédie des Siècles]
[
la Vierge Marie, est-elle Morte ou Vivante?] [Trouver la Paix Intérieure]
[
Jésus-Christ ... le désir d'âges] [Bible KJF Édition 2006]
[
La Vérité et Connaissance Spirituelle]
 

Il n'est guère possible de capturer toute la méchanceté et
le mal dans ce monde sans avoir lu le livre
Les Deux Babylones


Le jour de fin du monde est imprévisible, mais quand
féroce la haine mondiale surgit contre un petit groupe chrétien, ce
sera environ une année de plus. En attendant, il peut y avoir
confusion et la perplexité, mais soyez assuré, le jour de la fin,
quant à ce jour, personne ne les connaît, pas même les
anges dans le ciel ni le Fils, le Père seul les connaît.
Marc 13:32

 

Liens recommandés à la section anglaise de ce site Web

We don't know what is going on in this world because we have no clue
as to who the Illuminati are and what they have in mind for you and me:
 Illuminati 666 - Global Power Elite
The Two Babylons   Lucifer Rising
Trinity - Unbiblical Philosophy?
 

[Cosmic Conflict]  [Universal System of forced Worship]  [Principles and Doctrines]
[
the other Godhead] [Health Care without Prescription Drugs] [finding Peace within]
[
godhead of Nicea]  [is the Virgin Mary dead or alive]  [invitation to Bible Studies]
[
High Points of the New Age] [Love & Passion of Christ] [New Age Adventures]
[
is there Death after Life] [Healthful Living] [early Writings of  Ellen G. White]
[
True Protestantism is dying because?] [Truth and Spiritual Knowledge]
[
New Age Bible Versions] [What happened 508 CE?]
[
global power elite]
 

qui etait thammuz, pourquoi la vierge marie pleure a chaque apparition, prophéties de la vierge marie, vierge marie tonnerre de la justice, les États-unis est il la deuxieme bete dont parle l´apocalypse chapitre, le culte de la mère et l enfant, vicaire du fils de dieu, signe du tau ezechiel 9 verset 4, quelle religion qui reconnait la marque de la bete, origine de l'adoration de la vierge marie, une blessure mortelle de la bête, vierge de guadaloupé